En 2005, les services de l’Etat réalisent un inventaire sur le Haut Rhône et identifient un certain nombre d'ouvrages comme digues intéressant la sécurité publique. Ces digues sont dites « orphelines », car aucun propriétaire ni gestionnaire n'avait pu être identifié. Les digues du Haut Rhône n'ont donc pas fait l'objet d'un classement au titre du décret du 11 décembre 2007 de par l'absence de propriétaire et de gestionnaire clairement défini et connu.

Le SHR a mené en 2013 une étude historique et juridique sur les digues orphelines du Haut Rhône qui a permis de déterminer les propriétaires et gestionnaires de ces ouvrages. Cette étude a permis d’obtenir des informations concrètes et objectives sur le statut des différentes digues orphelines du Haut-Rhône, leur propriété actuelle et d’identifier les responsables de ces digues. Les communes du SHR désignées comme propriétaires et/ou responsables de ces digues ont aujourd’hui besoin de définir un gestionnaire qui aura pour mission de porter les études et travaux relatifs à l’entretien de ces digues. L'Etat est également concerné par certains ouvrages dont il est propriétaire et responsable.
Le SHR, étant compétent pour réaliser les études nécessaires à une meilleure connaissance des ouvrages, souhaite porter une étude de diagnostic des ouvrages de protection contre les crues avant d'en devenir le gestionnaire. C'est pourquoi Le Syndicat du Haut Rhône vient de lancer l'étude préalable à la gestion des digues du Haut Rhône.

 

 

Digue de Picollet


Cette étude a pour objectif de mieux connaitre l'état et le rôle actuel de ces ouvrages en termes de protection des biens et des personnes contre les inondations, de définir et hiérarchiser les travaux et l'entretien. Cette étude doit apporter des éléments d'aide à la décision en définissant pour chaque ouvrage les suites à donner.
Elle est également un élément important pour préparer le transfert ou la délégation au SHR de la nouvelle compétence Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations incombant aux communes et aux EPCI à fiscalité propre, à compter du 1er janvier 2018, pour la gestion des ouvrages de protection contre les crues.
Les digues concernées par l’étude sont la digue de Picollet, la digue de Serrières en Chautagne, les digues de la Loi, la digue de Massignieu de Rives, et la digue de Champagneux – Saint Genix. Elles sont situées sur les 3 Rhône court-circuités : de Chautagne, de Belley et de Brégnier-Cordon et représentent un linéaire d’environ 12km.

Digue de Champagneux - Saint-Genix

 

Cette étude est financée à 80 % par des subventions publiques dans le cadre du Plan Rhône avec le soutien financier de l'Union Européenne par le biais du FEDER (50%) et par l'Etat (30%).

 

 

C’est quoi une digue de protection contre les inondations ?


Une digue est un ouvrage longitudinal surélevant le terrain naturel pour empêcher la submersion par le cours d’eau des terrains situés à l’arrière de la digue. La différence de hauteur entre la crête de digue et la zone protégée caractérise le risque, car plus elle est importante plus la rupture de la digue peut potentiellement causer des dommages dans la zone protégée.